Accumuler des ovocytes élève à 60 % les possibilités d'obtenir une grossesse

Accumuler des ovocytes élève à 60 % les possibilités d'obtenir une grossesse

L'étude avait pour objectif d'évaluer s'il existait des différences pour ce qui est du taux de grossesse chez les femmes nécessitant un diagnostic préimplantatoire (DPI) en comparant deux sous-groupes : celles qui répondent bien et dès la première application au traitement de stimulation ovarienne et celles qui doivent le répéter parce qu'elles ne produisent pas suffisamment d'ovocytes par cycle pour le DPI. Pour qu'il soit possible de poser un DPI, il faut disposer, au minimum, de 10 ovocytes ou davantage par patiente.

À cette fin, et sur une période de quatre ans (de janvier 2011 à juillet 2014), on a fait le suivi d'un total de 188 femmes pour lesquelles le DPI ou la fécondation in vitro (FIV) étaient indiqués pour diverses causes : possibilité élevé de présenter des embryons ayant des anomalies génétiques en raison de l'âge avancé de la mère, détection d'un problème de fertilité masculine sévère chez le couple, fausses couches spontanées à répétition au cours des grossesses antérieures ou échecs préalables de l'implantation d'embryons.

Les patientes ont été classées en deux groupes : un premier groupe de 76 femmes soumises à un seul cycle de stimulation ovarienne parce qu'elles ont bien répondu au traitement, et un second groupe de 112 femmes qui présentaient une réponse ovarienne insuffisante et ont été soumises à deux ou trois cycles successifs de stimulation pendant une période de 6 à 8 mois. Pour la fécondation in vitro, l'obtention de moins de 4 ovocytes par cycle est considérée comme étant insuffisante, et pour le DGP et la FIV, moins de 10 ovocytes.

Les résultats ont révélé qu'après deux ou trois cycles successifs de stimulation ovarienne, les patientes qui présentaient une réponse faible au traitement hormonal ont obtenu des résultats comparables à celles qui répondaient bien au traitement dès la première application. Il en est ainsi pour la raison qu'aucune différence significative n'a été détectée entre les sous-groupes de femmes soumises à un, deux ou trois cycles de stimulation ovarienne ni pour ce qui du taux de transfert d'embryons, qui a été d'environ 59,6 %, 56,8 % et 60 %, respectivement, ni pour ce qui est du taux de grossesse par patiente, qui a été d'environ 36,8 %, 34,9 % et 31 %, respectivement.

Cela démontre que l'accumulation d'ovocytes est une bonne stratégie pour obtenir que des femmes qui nécessitent un DPI et une FIV, et présentent une faible réponse au traitement de stimulation ovarienne, puissent atteindre des taux de réussite similaires au reste. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Gynecological Endocrinology.

Usefulness of oocyte accumulation in low ovarian response for PGS.
Martínez F, Barbed C, Parriego M, Solé M, Rodríguez I, Coroleu B.
Gynecol Endocrinol. 2016 Feb 12:1-4, DOI:10.3109/09513590.2016.1141881
Article originel

Request more information

(+34) 93 227 48 96

Or fill in this form and we will call you as soon as possible

I want to be informed about the latest news of Dexeus Mujer and receive the newsletter:
If you require more information, please contact our International Patient Care Unit.